Election

Le 5 juin, nous irons tous voter. Tous, c’est-à-dire les plus de 5000 Arméniens du pays qui se sont inscrits au registre électoral de la communauté.

A quoi servent ces élections ? L’écrivain William Saroyan écrivait des Arméniens qu’il « suffirait que deux d’entre eux se rencontrent pour recréer une petite Arménie ». Quelques-uns se sont rencontrés en Belgique, il y a cent ans, et ils ont constitué la Communauté des Arméniens de Belgique. Cent ans plus tard, nous sommes des dizaines de milliers réunis au sein de cette communauté. Les représentants que nous élirons le 5 juin serviront avant tout à nous représenter auprès des autorités belges. Le Comité issu des élections organise aussi les cérémonies et les grands événements, comme celui du 24 avril, et il a vocation à rassembler la communauté et ses associations autours d’actions communes. Il nomme enfin des représentants dans plusieurs associations gestionnaires.

Lisa Abadjian, Edik Kotanjyan, Mariam Aghasaryan, Lori Mahmourian, Narek Aghasaryan, Michel Mahmourian, Norik Antonyan, Hakob Margarian, Serge Artunoff, Gabriel Mikaelian,

Je suis née en Belgique de parents arméniens, venus d’Istanbul. Je suis ingénieur civil de formation. Dans le passé, j’ai participé à des activités et des réalisations de la communauté arménienne, mais de manière irrégulière (activités avec des enfants, festival de cinéma arménien, dîners, …).

Je suis membre de l’association Arménienne de Zaventem.

Pour moi la langue maternelle, la culture, la communication sont très importante, c’est pour cela que nos jeunes dès leur âges doivent doivent apprendre la langue arménienne , la culture via les associations arméniennes qui se trouvent en Belgique.

Ծնվել է 1955թ. Արեվմտյան Հայաստանում։

Բարձրագույն ուսումը ստացել է՝ Պոլսո համալսարանի Ղեկավարչության մասնաբաժնում։

Հոլանդիայում ավարտել Ամստերդամի Ազատ Համալսարանի Էթնիկական ուսումնասիրություններ եւ փոքրամասնության հարցեր մասնաճյուղը։