Nicolas Tavitian

 

imageJe suis engagé dans la vie de la Communauté depuis des années. Parce que je crois à l’importance et à la valeur de nos institutions diasporiques. Parce que je crois que communauté peut contribuer davantage encore à la vie de ses membres et à la société belge.

Cela fait maintenant quatre ans que je préside le Comité des Arméniens de Belgique. Cette présidence, ce fut l’occasion de promouvoir la coopération et la solidarité. Ce fut l’occasion d’affirmer et de faire apprécier notre communauté. Ce que nous avons réalisé ces quatre dernières années, ce fut toujours un travail d’équipe, l’engagement des membres de la communauté. Ceux qui ont joué un rôle de premier plan se reconnaîtront. Ils se souviendront des réunions tardives, du travail harassant, mais aussi du plaisir de travailler ensemble pour une noble cause et des moments de triomphe.

Parmi nos réalisations, rappelons-nous, en vrac : mobiliser la communauté et les autorités belges face à la guerre du Karabakh ; convaincre le parlement de condamner l’agression de la Turquie et de l’Azerbaïdjan ; la lutte contre la loi négationniste de 2019 ; accompagner l’équipe du Hay Doun et celles des autres institutions communautaires ; organiser la communication au sein de la communauté, vers le monde politique et vers la presse ; organiser une dialogue entre les associations arméniennes de Belgique et soutenir leurs projets ; réaliser avec la commune d’Ixelles cette exposition sans précédent sur l’Artsakh, qui circule maintenant dans d’autres communes ; introduire l’éducation au génocide dans les écoles ; élargir encore le nombre d’inscrits aux élections et renforcer nos institutions; le premier gala de la communauté, juste avant que le COVID frappe ; les commémorations, notamment celle du 24 avril ; et surtout accompagner la mise en place d’un réseau de jeunes …

Nombre de ces réalisations sont encore fragiles : elles devront être développées encore par les Comités à venir. Il reste tant de choses à faire. Mais je laisserai, pour ma part, cette tâche à d’autres. Si je suis élu à l’assemblée, je ne me présenterai pas à la présidence du Comité. Il est temps de passer le flambeau. Je souhaite en revanche avoir l’occasion de soutenir et d’accompagner, au sein de l’Assemblée, ceux qui prendront en charge le Comité.

J’espère que les futurs représentants sauront se montrer ambitieux et que notre communauté deviendra toujours plus une source de force et d’inspiration pour ses membres, un lieu de solidarité, de générosité et de sagesse.