MR

Réponses du MR

Cher Monsieur Tavitian,

Votre courriel du 11 mai dernier concernant la détention des enfants et de leur famille en centre fermé m’est bien parvenu et a retenu ma meilleure attention.

  1. Nous souhaitons que soit réalisée une étude socio-économique permettant d’établir une image plus précise de la population des Arméniens de Belgique, et en particulier de leurs aspirations et de leurs besoins.
    Réponse :
    Nous ne sommes pas opposés à la réalisation d’une étude socio-économique qui permettra d’établir une image plus précise de la population des Arméniens en Belgique et notamment dans une perspective historique vu la longue présence de cette communauté dans notre pays.

  2. Nous demandons un soutien à l’éducation dans le domaine de la culture et de la langue arméniennes. Nous souhaitons développer les coopérations au niveau local via nos centres culturels.
    Réponse :
    Nous sommes ouverts à soutenir les centres culturels arméniens.

  3. Nous souhaitons travailler avec le système éducatif pour donner la possibilité aux jeunes d’apprendre la langue arménienne à l’école.
    Réponse :
    Même si nous respectons la langue et la culture arménienne, nous ne sommes pas favorables à l’apprentissage de la langue arménienne à l’école. Le focus doit selon nous tout d’abord être mis sur l’apprentissage des langues nationales, à savoir le français, le néerlandais et l’allemand.

  4. Nous souhaitons que les églises telle que l’Eglise apostolique arménienne puissent bénéficier de la reconnaissance de l’Etat, au même titre que les autres cultes.
    Réponse :
    Nous respectons la stricte séparation de l’Etat et de l’Eglise. Si l’église arménienne souhaite être reconnue officiellement par notre pays, elle doit entamer les démarches pour cela. C’est la raison pour laquelle nous vous invitons à déposer un dossier au SPF Justice, procédé également utilisé par les autres cultes en Belgique.

  5. En 2022, la Communauté arménienne célèbrera le centième anniversaire de sa fondation. Nous souhaitons que les autorités s’associent à ces commémorations.
    Réponse :
    Nous sommes tout à fait favorables au fait de s’associer aux commémorations du centième anniversaire de la fondation de la Communauté arménienne.

  6. Nous souhaitons renforcer la coopération entre la Belgique et l’Arménie dans les domaines de l’éducation, de la culture et de l’économie.
    Réponse :
    La coopération entre la Belgique et l’Arménie est selon nous une nécessité. Nous souhaitons également la renforcer dans les domaines de l’éducation, de la culture et de l’économie.

  7. La Belgique doit ratifier aussi rapidement que possible l’accord de partenariat CEPA entre l’Union européenne et l’Arménie.
    Réponse :
    La Belgique a pleinement soutenu la conclusion de l’Accord de Partenariat Global et Renforcé entre l’Union européenne et l’Arménie en 2017. Cet accord permettra de renforcer encore davantage les liens entre l’Union européenne (et la Belgique) et l’Arménie. La procédure de ratification en Belgique suit son cours. La procédure est terminée au niveau fédéral et progresse au sein des différents parlements fédérés.

  8. La Belgique peut et doit jouer un rôle pour promouvoir la paix et le développement humain à la République du Haut-Karabakh/Artsakh
    • en soutenant la population du Nagorno-Karabakh, dont les conditions de vie sont très difficiles du fait de l’isolement géopolitique et socio-économique exercés par l’Azerbaïdjan ;
    • en soutenant la médiation des trois co-présidents du groupe de Minsk de l’OSCE afin d’obtenir une résolution pacifique du conflit et en défendant le droit à l’auto-détermination du peuple du Haut-Karabakh ;
    • en supprimant la consigne négative sur le site du ministère des Affaires étrangères concernant les visites vers le Haut-Karabakh ;
    • et en promouvant le dialogue entre les populations arménienne et azerbaïdjanaise.
    Réponse :
    La Belgique n’est pas directement impliquée dans le processus de paix sur le conflit concernant le Haut-Karabagh mais elle soutient pleinement les efforts du Groupe de Minsk de l'Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe (OSCE), ainsi que le rôle de l’Envoyé spécial de l’Union européenne pour la région M. Toivo KLAAR.
    Tout comme l’UE, la Belgique considère que le Groupe de Minsk de constitue la plateforme la plus adéquate de dialogue et de médiation en vue de la résolution pacifique de ce conflit. Une issue pacifique et acceptable par les deux parties ne pourra être trouvée dans un climat de méfiance et de violence. Nous nous réjouissons des récents contacts au plus haut niveau entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan visant à restaurer la confiance entre les deux pays.
  1. Nous souhaitons que les autorités compétentes travaillent également à la lutte contre le discours de haine anti-arménien en Belgique.
    Réponse :
    Le MR veut élaborer un plan d’action interfédéral contre le racisme. Trop nombreux sont les citoyens à être encore fréquemment victimes de discriminations fondées sur des critères raciaux. Les prochains gouvernements, tous niveaux de pouvoir confondus, doivent élaborer ensemble un plan d’action interfédéral afin de lutter contre le racisme, l’antisémitisme et la discrimination raciale.

  2. Nous demandons que la Chambre pénalise également la négation des génocides dont les auteurs n’ont pas été punis par un tribunal international, comme c’est le cas du génocide des Arméniens.
    Réponse :
    Le MR a toujours reconnu sans ambiguïté le génocide arménien de 1915-1917. Le Premier ministre Charles Michel s’est impliqué personnellement pour que le gouvernement belge reconnaisse le génoci C’était devant la chambre des Représentants en juin 2015. Le groupe MR de la Chambre a déposé une proposition de loi visant la reconnaissance légale du génocide arménien de 1915 et la sanction pénale de son négationnisme. La proposition de loi vise un double but: d’une part, elle reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915, d’autre part, elle incrimine la négation, la minimisation grossière, la justification ou l’approbation dudit génocide arménien.

  3. Enfin, nous souhaitons que la Belgique ait une ambassade en Arménie.
    Réponse :
    Notre Ambassade à Moscou a juridiction pour l’Arménie et se charge de façon très active des relations bilatérales entre la Belgique et l’Arménie. Néanmoins, nous sommes favorables à l’établissement d’une ambassade belge en Arménie.

Restant à votre écoute, je vous prie de croire, Monsieur Tavitian, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

L’équipe du MR