Contact

Pour annoncer des spectacles, conférences et autres événements culturels concernant la communauté arménienne, sur le site armencom, merci d’envoyer vos annonces à redaction@armencom.be

 25 ans après, une programmation à Liège pour comprendre l’incompréhensible.

La Cité Miroir, place Xavier-Neujean 22 – 4000 Liège

13 mars 2019 - 13 avril 2019 t

 

PROGRAMME :  

Exposition Rwanda 94.

Comprendre l’incompréhensible Du 18 mars au 12 avril 2019 à La Cité Miroir

L’exposition Rwanda 94. Comprendre l’incompréhensible propose de retracer l’histoire du Rwanda depuis l’époque précoloniale jusqu’aux lendemains du génocide des Tutsi au Rwanda. Par la mise en avant de ces repères chronologiques, elle propose différentes clés de compréhension sur la mise en place de ce génocide en particulier mais aussi, plus généralement, sur les mécanismes psychosociaux communs à tout génocide

 

Journée de formation pédagogique

Comprendre le génocide des Tutsi au Rwanda Le 13 mars 2019 à 14h à La Cité Miroir

 

Journée d’étude de Démocratie ou barbarie

La transmission de l’histoire du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994 Le 20 mars 2019 de 9h à 15h30 au Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles

À cette occasion, les participants pourront échanger et élaborer des pistes didactiques avec

Hélène Dumas, historienne et auteure du livre Le génocide au village. Le massacre des Tutsi au Rwanda

Félicité Lyamukuru, rescapée du génocide et auteure du témoignage L’ouragan a frappé Nyundo,

Damien Vandermeersch, avocat général à la Cour de cassation et auteur de Comment devient-on génocidaire ?

Jean-Philippe Stassen, auteur de la bande dessinée Déogratias et Patrick Séverin cinéaste auteur du documentaire Des cendres dans la tête.  

 

Conférence autour du génocide Comment fonctionnent la déshumanisation et la réhumanisation des êtres humains

Le 25 mars 2019 à 18h à La Cité Miroir

Comment les personnes victimes de génocides ou de telles exactions peuvent-elles se remettre à vivre ? Quelles sont leurs souffrances et leurs espoirs ? Comment les parents qui, après un génocide, recherchent leurs enfants disparus peuvent-ils tenir alors qu’ils n’ont pas à faire le deuil d’enfants espérés vivants ? Autant de points qui seront abordés par des spécialistes de la question.  

 

Lecture-spectacle 9h06, Le finisseur est de retour

Le 29 mars 2019 à 14h (scolaire) et 18h30 (tout public) à La Cité Miroir

Cette création raconte l’histoire d’Espérance, une jeune étudiante d’origine rwandaise qui, un matin d’hiver, rencontre par hasard le dénommé Jean Le Bosco, dit « Le Finisseur » dans un commerce de la ville. Ce même homme qui, quelques années auparavant, le 14 avril 1994, à Kigali, a violé sa mère et participé au massacre de toute sa famille. « 9h06… » évoque la quête désespérée de cette jeune Tutsi qui s’efforce de faire entendre sa voix et d’obtenir justice. En vain.  

 

Projection Cri d’une mère pleine d’espoir

Le 4 avril 2019 dès 18h30 à La Cité Miroir

Le cri d’une mère pleine d’espoir est un film documentaire de Béatrice Mukamulindwa reprenant les récits et témoignages d’enfants et de parents en recherche des leurs. Au cours de ses démarches pour retrouver ses trois enfants disparus lors du génocide, Béatrice a appris que beaucoup d’enfants avaient été recueillis par des familles congolaises qui les utilisaient comme aides ménagers. Ces enfants ne sont connus d’aucune organisation puisque ceux qui les détiennent ne les déclaraient pas.  

 

Projection Une république devenue folle

Le 5 avril 2019 dès 18h30 à La Cité Miroir

En 1954, l’ethnologue et cinéaste Luc de Heusch tournait au Rwanda un film illustrant les relations traditionnelles des pasteurs Tutsi et des agriculteurs Hutu dans ce très ancien royaume d’Afrique Centrale, alors protectorat belge. Quarante ans plus tard exactement, plus de cinq cent mille Tutsi, hommes, femmes, enfants, périssaient dans le premier génocide qu’ait connu l’histoire africaine.  

 

Commémoration officielle du génocide des Tutsi au Rwanda

Le 13 avril 2019 de 12h30 à 19h30.

Départ du monument national à la Résistance, dans le parc d’Avroy à Liège.

En 1994, le génocide au Rwanda faisait 800 000 morts en trois mois. 25 ans plus tard, l’Union des rescapés du Génocide des Tutsi (URGT), en partenariat avec la Ville de Liège et Les Territoires de la Mémoire, vous convie à une journée de commémoration à Liège.

Ce programme est le fruit d’une collaboration entre différents partenaires : Les Territoires de la Mémoire, l’Union des Rescapés du Génocide des Tutsi (URGT), le Centre Communautaire Laïc Juif (CCLJ), La haine je dis non, Hainaut Mémoire, War Heritage Institute (WHI), MNEMA, les Femmes Prévoyantes Socialistes, Cri du Cœur d’Une Mère qui Espère (CCMES), Entre‘âges, En Cie du SUD, Muyira, la Ville de Liège, la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Plus d'infos sur:  https://www.territoires-memoire.be/agenda/2019/02/le-genocide-des-tutsi-au-rwanda-1994-2019/

Mercredi 13 mars 2019 à 20h00

Lieu : BOZAR Salle Henry Le Bœuf, Rue Ravenstein 23, 1000 BRUXELLES

Infos et tickets: https://www.bozar.be/fr/activities/147300-hommage-aznavour-for-me-formidable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il était le plus vieux, le dernier géant. L’ultime incarnation de cette génération d’immenses chanteurs français mais ne reniait pas ses origines arméniennes, son pays d’origine qui l’accueillit en héros et qui fut son Ambassadeur et l’aida à se redresser du tremblement de terre de 1988.

Cet auteur-compositeur-interprète de plus de 1.000 chansons écrivait d’abord ses textes et attendait que ce bijou trouvât chaussure musicale adaptée, des mélodies que fredonnent toutes les générations. Il fut reconnu mondialement, y compris aux Etats-Unis,  comme le plus grand chanteur du XXème siècle et a lutté pour demeurer « en haut de l’affiche ». Il avait réservé de ses propres deniers en 1963 le Carnegie Hall de New York, sa ville préférée et avec son accent anglo-parisien il devient le « Sinatra français »… un vrai triomphe.

Aznavour chantait l’amour, mais aussi la rupture, la souffrance, le temps qui passe, la jeunesse, l’homosexualité, et s’est produit en concert dans plus de 100 pays, jusqu’à son ultime concert au Japon à Osaka le 19 septembre…. et Charles, ce boulimique de travail, ouvert à la jeune génération de chanteurs même des rappeurs, avait encore plein de projets…et pensait vivre 100 ans et organiser un concert ce jour là ! Charles avait même appris le Chinois pour être plus proche de ses admirateurs et  était fier de ses 800 oliviers et de l’huile bio qu’il produisait.

Resteront tous ses tubes, de La Bohème à La Mamma en passant par Mes amis, mes amours, mes emmerdes ou Emmenez-moi, J’me voyais déjà, For Me Formidable. Enfin à 93 ans son premier Bercy….après plus de 30 ans de vraies/fausses tournées d’adieux ! Edith Piaf l’avait pris en 1946 sous son aile pendant 8 ans au début de sa carrière et Charles accueillit le jeune Johnny Hallyday chez lui pendant 2 ans et lui composa en 1962 « Retiens la nuit ». Johnny aura l’honneur de pouvoir chanter en  première partie lors de sa série de concerts 1963 à l’Olympia. Aznavour avait prouvé qu’on pouvait chanter avec une voie cassée et était enfin content d’être reconnu. Ses gestes précis, sa retenue, sa voix, sa façon de faire vibrer le mot, resteront sa marque de fabrique.

Charles a aussi joué dans plus de 60 films dont « Taxi pour Tobrouk », « Tirez sur le pianiste », « Le Tambour ».

Walter Proost dirigera l’European Philharmonia pour cet « Hommage » en mode symphonique de 24 « tubes » relevé par les voix de Jo Lemaire et Patrick Riguelle pour une tournée qui passera près de chez vous dès février 2019.

Tarifs : Tarif normal : € 59.50 – 55 – 45 – 35 -14 : € 18

Sofia Melikyan 

Piano Piknik concert -  Album presentation : Spanish Piano Music : Granados & Mompou (Etcétera, 2018) – Recorded at Flagey

Vendredi 15 mars 2019 à 12:30  studio 1

Infos & tickets :https://www.flagey.be/fr/activity/5026-sofia-melikyan-piknik-concert-album-presentation-spanish-piano-music-granados-mompou-etcetera-2018-recorded-at-flagey

€ 12  Sandwich et boisson inclus

Programme

Federico Mompou, Variations on the Chopin Theme

Enrique Granados, sélection des Goyescas

Geghuni Chitchyan, Armenian Bas Reliefs

Ce concert piknik permet à Sofya Melikyan de construire un pont entre son Arménie natale et l’Espagne où elle a émigré avec ses parents à l’âge de 15 ans. Etudiante à l’académie Tchaikowsky d’Erevan, elle rejoignit ensuite le Conservatorio Real de Madrid, le Conservatoire de Paris et la Manhattan School de New York, bénéficiant des conseils de maîtres tels que Joaquin Soriano, Brigitte Engerer, Solomon Mikowsky, François- René Duchable, Menahem Pressler et Horacio Gutierrez. Ce concert synthétise toutes ces sources d’inspiration qui, reliées, lui insuflent énergie et virtuosité.