Contact

Om voorstellingen, voordrachten en andere culturele activiteiten i.v.m. de Armeense gemeenschap mee te delen, gelieve uw aankondigingen te versturen naar redaction@armencom.be

Où : CCLJ - Rue de l'Hôtel des Monnaies, 52 1060 Bruxelles

Quand : Mardi 21 Mai 2019 à 20:00

A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage « Frère arménien, Frère juif, Frère tutsi. Mémoires » (l’Archipel, 2019) le Comité des Arméniens de Belgique, le CCLJ et Ibuka, Mémoire & Justice en partenariat avec le Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes se réunissent pour accueillir le plus grand défenseur de leurs histoires et mémoires : Yves Ternon.

Jeune chirurgien, Yves Ternon se voit demander par la fédération de France du FLN d'opérer les blessés algériens de la guerre triangulaire que se livrent OAS, gaullistes et indépendantistes. Cette irruption tragique de l'Histoire dans son quotidien va déterminer son engagement pour la justice et les droits de l'homme, mais aussi sa volonté d'établir la vérité des faits. Dès 1965, il entame des recherches qui le conduisent à publier trois livres sur les crimes des médecins nazis. L’étude de la Shoah, par une série de hasards, l'amène à découvrir que les Arméniens de l'Empire ottoman, en 1915, furent eux aussi victimes d'un génocide oublié, auquel il s'intéresse au moment même où des voix s'élèvent contre sa négation par le gouvernement turc. Conduit sur près de quarante ans, son travail lui permettra de rapprocher les deux évènements, mais aussi de proposer une définition juridique universelle de la notion de génocide. Celui des Tutsi au Rwanda, en 1994, viendra confirmer l'importance d'une telle approche comparée. A l'heure où la France commémore officiellement le génocide des Arméniens, les mémoires d'Yves Ternon, guidé par les impératifs de liberté, d'égalité et de fraternité, sont un plaidoyer contre la haine raciale et le négationnisme.

Né en 1932, docteur en histoire, pionnier des genocides studies, Yves Ternon a exercé la chirurgie jusqu'en 1997. Son travail sur les violences de masse aboutira, entre autres, à la publication de « L’Etat criminel » (1995). Président du Conseil scientifique international sur l'étude du génocide des Arméniens et membre du conseil scientifique du Mémorial de la Shoah, il a notamment contribué, avec Gérard Chaliand, à l'ouvrage collectif « Le Crime de silence » (L'Archipel,  2015).

Allocutions d’hommage par :

• Félicité Lyamukuru, présidente de Ibuka, Mémoire & Justice

• Nicolas Tavitian, président du Comité des Arméniens de Belgique

• Joël Kotek, membre du conseil d’administration du CCLJ

Modérateur : Grégoire Jakhian

Contact : Dit E-mail adres wordt beschermd tegen spambots. U moet JavaScript geactiveerd hebben om het te kunnen zien.

Réservation obligatoire – Prix : 5 EUR - entrée libre pour les étudiants