France : Le Conseil constitutionnel défait la loi sur le génocide arménien

La Provence - 27/01

Le coup est très rude pour la communauté arménienne. Le Conseil constitutionnel a retoqué jeudi soir la loi, pourtant promulguée en octobre, condamnant la négation du génocide de 1915 par les Turcs. En 2012, déjà, les Sages s'étaient prononcés contre un projet de loi, émanant de la députée LR marseillaise Valérie Boyer et visant à pénaliser le négationnisme.

Revenus à la charge, les parlementaires, notamment ceux des Bouches-du-Rhône où la communauté est très importante, avaient su profiter de la loi "Egalité et Citoyenneté" pour donner un caractère universel à leur texte et le faire adopter.

"Dix ans de travail sur le génocide d'1,5 million de personnes que le Conseil constitutionnel vient d'effacer", résume, "très en colère", le député PS marseillais Henri Jibrayel. "On se heurte à des dogmes".

Marseille : les Arméniens n'ont pas oublié

La haute instance présidée par Laurent Fabius utilise le même argument qu'en 2012, selon lequel le génocide arménien n'a pas été qualifié par une juridiction internationale, comme ce fut le cas pour la Shoah et Nuremberg. "L'ombre de Robert Badinter, selon lequel il n'appartient pas aux parlementaires de qualifier l'Histoire, plane toujours", constate Jean-Claude Gaudin. S'il ne se dit donc "pas étonné" par la décision, le sénateur-maire LR de Marseille insiste sur le fait que "la République avait voté cette Loi. Nous y reviendrons."

Comment? C'est toute la question. "Nous allons déjà digérer le coup et voir avec nos juristes", indique Pascal Chamassian, secrétaire national du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) . "Nous avons toujours cherché à passer par la Loi et je ne connais pas la forme de nos prochains combats", poursuit-il, très remonté. "Il s'agit de la mémoire de nos aïeux. On ne peut pas laisser ces Sages, dont je me pose des questions sur la réelle indépendance, la piétiner en laissant libre cours au négationnisme. Nous sommes plus que motivés."

L'anniversaire du génocide, le 24 avril, aura lieu au lendemain du premier tour de la présidentielle. "Les candidats ont intérêt à être clairs sur ce sujet", prévient-il encore. Au dîner annuel du CCAF, le 8 février, l'invité d'honneur sera François Hollande.

François Tonneau

http://www.laprovence.com/article/france-monde/4297557/le-conseil-constitutionnel-defait-la-loi-sur-le-genocide-armenien.html