Bienvenue

En 1922 quelques familles d’origine arménienne, rescapées du génocide de 1915, résidant en Belgique décidèrent de se doter de statuts afin d’organiser la vie communautaire et  de tracer des lignes de conduite permettant de préserver leur identité tout en veillant à une intégration harmonieuse dans la société belge. Depuis cette date une Assemblée de Représentants  élue tous les 4 ans désigne un comité exécutif : le  Comité des Arméniens de Belgique. En savoir plus..

Le Comité des Arméniens de Belgique est consterné par le déploiement  de forces  policières visant les Kurdes de Belgique, qui a été justifié par la nécessité de démanteler un réseau de recrutement du Parti des Travailleurs du Kurdistan.

 Notre Justice a mobilisé 300 policiers cagoulés et en tenue de combat pour procéder à 28 perquisitions simultanées aux 4 coins du pays. Résultat : huit personnes inculpées sur le soupçon d’appartenir au Parti, mais surtout une télévision de langue kurde réduite au silence. 

Comment notre Justice justifiera-t-elle d'avoir étalé de tels moyens non pour la sécurité de notre pays mais pour celle de la Turquie, un pays qui se moque des droits de l’Homme, ne renonce pas au génocide et tente d’entrer en Europe par effraction ?  Sous quel joug est tombé notre pays de liberté pour qu’il en vienne à prêter la main à un tel oppresseur ? 

Comment notre Justice justifie-t-elle cette opération alors que les milieux ultra-nationalistes turcs en Belgique se renforcent dangereusement? Que leurs manifestations sont tolérées et qu’elles ont mené à des destructions et mises à sac de Bruxelles?   

Le Comité des Arméniens de Belgique rappelle plus particulièrement qu'aucune  sanction contre les fanatiques turcs qui ont semé la terreur une semaine durant fin octobre 2007 à Saint-Josse-ten-Noode n'a a été prise et, qu'il proteste contre le classement sans suite de la plainte de Peter Petrossian, dont le commerce a été saccagé et la vie menacée pour le motif qu’il est d’origine arménienne. La police avait assisté passive à ces violences racistes. Nous exigeons que les coupables soient punis.

La Belgique a récemment regretté avoir été docile durant la seconde guerre mondiale. Ne commettons pas à nouveaux les mêmes fautes et restons fidèles à nos valeurs de justice et de liberté. 

Le 7 mars 2010