Les Arméniens fuient la Syrie

Les agents d’immigration à Erevan ont révélé mercredi 13 juin 2012 que des milliers d’Arméniens de Syrie ont demandé la citoyenneté arménienne depuis le début de la répression au Moyen-Orient. Armen Hakobian, le chef adjoint du département des passeports et des visas au service de la police nationale de l’Arménie, a déclaré à RFE / RL que le service de l’immigration a reçu plus de 3000 demandes l’an dernier et plus de 1.500 d’entre elles au premier trimestre cette année. 422 ressortissants syriens auraient déposé ces demandes en 2010.

Armen Hakobian a confirmé que les demandes proviennent pour la plupart des Syriens d’origine arménienne. Selon Artur Sahakian, un autre haut fonctionnaire du service de police, 300 d’entre eux ont obtenu un permis de séjour en Arménie ces deux dernières années.

Nous ne savons pas combien de membres de la communauté arméno-syrienne ont déménagé en Arménie pour fuir la crise syrienne.

La communauté compte entre 40.000 et 80.000 personnes et a été jusqu’à présent peu affectée par la révolution car elle est concentrée dans les villes relativement sûres d’Alep et de Damas. Mais la situation s’est détériorée ces derniers mois. Les Arméniens de Syrie commençaient à rentrer déjà l’année dernière en Arménie et au début de cette année.

« La situation ici est très tendue. Les gens créent aussi une atmosphère de peur et d’insécurité », a affirmé le Père Andranik, un prêtre arménien catholique d’Alep.

2.000 résidents d’origine arménienne de la ville syrienne de Homs ont déjà fui l’un des épicentres de combats acharnés entre les forces gouvernementales et les rebelles. Le prêtre a affirmé que « les terroristes anti-gouvernementaux » ont pillé le quartier arménien de la ville et ont brûlé son église arménienne. Le prêtre a annoncé que la communauté syro-arménienne reste extrêmement fidèle à la famille régnante des Al Assad et appréhendent au sujet des rebelles principalement musulmans sunnites qui combattent le régime de Damas.

« Nous avions l’habitude de ce gouvernement ces 30 dernières années. Il nous protège et nous devons être avec lui », a déclaré Petros, un étudiant. Il a prétendu que la communauté pourrait cesser d’exister si le régime est renversé par l’opposition armée.

 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007
Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave,
t N.W. Washington DC 200

Nouvelles d'Arménie en ligne